Wikiprogress Africa

This blog is written and maintained by the Wikiprogress Africa Network. This network, hosted by the OECD, aims to provide a platform for knowledge sharing on measuring progress and well-being in an African context.

Ce blog est administré et mis à jour par le réseau Wikiprogress Africa. Ce réseau, hébergé par l'OCDE, est une plateforme axée sur le partage de connaissances dans le domaine de la mesure du progrès et du bien-être des sociétés africaines.

mardi 1 octobre 2013

État de l'insécurité alimentaire dans le monde 2013: les multiples dimensions de la sécurité alimentaire

La plus récente édition de la FAO sur L'état de l'insécurité alimentaire dans le monde  met à jour l’impact de l'insécurité alimentaire dans le monde ainsi que les progrès vers l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et des Objectifs du Sommet Mondial sur l’Alimentation.

Près de 842 millions de personnes, une personne sur huit, souffrait de faim chronique selon les estimations de l’étude. Elles ne disposaient dans d’assez de nourriture pour mener une vie active selon l’étude. Malgré ces chiffres, les OMDs restent toujours de portée pour bien des régions en développement, même si on note des différences entre elles. Des efforts importants et urgents doivent être faits pour réussir ce pari, cependant.

Le rapport présente en outre une série d’indicateurs afin de donner une vue d’ensemble de la nature multidimensionnelle de l’insécurité alimentaire, de ses causes et de ses conséquences. La taxonomie donne une vue plus nuancée de l’état de de la sécurité alimentaire des nations, tout en donnant aux décideurs politiques des données afin d’implémenter des politiques éradiquant la faim, l’insécurité alimentaire et la malnutrition. Si la FAO a sensiblement amélioré cette année sa méthode d’estimation de la sous-alimentation, il lui reste cependant à apporter d’autres améliorations et à parfaire les données dont elle a besoin pour appréhender les effets des brusques variations des prix des denrées alimentaires et des autres chocs économiques. Par conséquent, les estimations de la sous-alimentation ne prennent pas en compte l’ensemble des effets sur la faim des brusques hausses des prix de 2007–2008, ni le ralentissement de l’économie que connaissent certains pays depuis 2009, à plus forte raison les récentes hausses des prix. On a également besoin d’autres indicateurs pour pouvoir évaluer de façon plus complète la sous-alimentation et la sécurité alimentaire.



L’insécurité alimentaire au niveau des nations
À partir des indicateurs des dimensions de la faim (disponibilité, accès, utilisation et la stabilité), le rapport analyse les expériences variées de 6 pays en développement que sont : le Bangladesh, le Ghana, le Népal, le Nicaragua, le Tadjikistan et l’Ouganda. Progrès et revers s’entrecroisent. Le Bangladesh, le Ghana et le Nicaragua ont diminué de moitié la prévalence de la sous-alimentation depuis les années 1990. Bien que plusieurs facteurs expliquent ces avancées, le rapport met l’accent sur l’engagement des différents gouvernements successifs dans ces pays à promouvoir le développement rural à long terme et la réduction de la pauvreté dans leurs politiques publiques.

Le Népal, bien qu’ayant longtemps eu à faire face à des conflits internes est maintenant sur la voie d’atteindre le premier OMD. Par contre, il est peu probable que le Tadjikistan et l’Ouganda atteignent ces objectifs. Des réformes agraires non poursuivies et une faible productivité agricole étant, respectivement, les raisons principales.

Les transferts de fonds des populations immigrées (qui sont trois fois plus importantes que l’aide au développement) ont eu un impact positif sur la pauvreté et la sécurité alimentaire. En effet, le rapport conclut à partir des données recueillies que ces transferts de fonds peuvent aider dans l’éradication de la pauvreté, dans la diminution de la faim, dans la promotion de meilleurs régimes d’alimentation et si encadrées par des mesures politiques appropriées, sur les investissements dans les exploitations agricoles.


Les trajectoires différentes de ces pays permettent de voir l’impact des interventions favorisant la nutrition et la protection sociale dans la diminution de l’insécurité alimentaire. La croissance économique est nécessaire mais elle n’est pas suffisante pour accélérer la réduction de la faim et de la malnutrition. Les politiques visant à augmenter la productivité agricole et le développement rural. Des sources alternatives de  financement comme les transferts de fonds et un engagement intégral dans la sécurité alimentaire, la nutrition sont autant de voies pour enrayer ce fléau.

Liens vers le rapport

État de l'insécurité alimentaire dans le monde 2013: les multiples dimensions de la sécurité alimentaire

Résumé du rapport

Ousmane Aly DIALLO

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire