Wikiprogress Africa

This blog is written and maintained by the Wikiprogress Africa Network. This network, hosted by the OECD, aims to provide a platform for knowledge sharing on measuring progress and well-being in an African context.

Ce blog est administré et mis à jour par le réseau Wikiprogress Africa. Ce réseau, hébergé par l'OCDE, est une plateforme axée sur le partage de connaissances dans le domaine de la mesure du progrès et du bien-être des sociétés africaines.

jeudi 13 juin 2013

Principaux résultats de l'expérience du Maroc dans la recherche du bien-être de ses populations

Cet article est de Khalid Soudi, Chef du service des études sur les groupes vulnérables au Haut-Commissariat au Plan du Maroc.


Les dimensions du bien-être

Interrogés sur les dimensions de la vie sources de bien-être, les Marocains ont mis en avant trois groupes de dimensions :
  •          la vie matérielle qui comprend le logement évoqué par 60% des Marocains et le revenu par 45% ;
  •          le domaine social qui comprend l’emploi pour 43%, la santé pour 32% et l’éducation pour 24%;
  •     et le domaine sociétal, évoqué par 29% et qui concernent aussi bien l’environnement sociétal que la vie familiale, culturelle spirituelle et de loisirs.

Les facteurs du bien-être par dimension

Le logement qui procure le bien-être est pour 60% des Marocains un logement personnel, pour 38% (49% parmi les ruraux) un logement  doté des équipements domestiques nécessaires et pour 36% (55% parmi les ruraux) un logement qui dispose des services d’eau, d’électricité et d’assainissement. La proximité des services collectifs a été évoquée par 26% (29% parmi les ruraux).

Un revenu qui procure le bien-être doit être sous tendu pour 87% des Marocains, d’abord, par une bonne rémunération du travail. Un bon pouvoir d’achat a été évoqué par 18% et l’indépendance de toute assistance ou recours au crédit par 6,4%.

Concernant l’emploi, les facteurs évoqués  par la population portent d’abord sur les bonnes conditions de travail évoquées par  72%, ensuite sur l’équité dans l’accès à l’emploi et dans la rémunération, par 51% et sur la protection sociale et la retraite, par 22%.

Dans le domaine de la santé, près de la moitié des Marocains (49%) mettent en avant la gratuité des services comme facteur de bien-être, la proximité des établissements sanitaires est évoquée, ensuite, par 38% d’entre eux (56% parmi les ruraux), sans oublier la qualité des services de santé qui constitue pour 36% de la population un déterminant de son bien-être.

Concernant l’éducation, c’est sur sa qualité que se focalisent les réponses de près de huit marocains sur dix (78%). Ils sont  ensuite près de six sur dix (58%) à faire de la proximité des établissements scolaires une exigence pour leur bien-être dans ce domaine.

Le bien-être dans le domaine de la vie familiale et l’environnement sociétal est, pour huit marocains sur dix (78%), conditionné par la solidarité sociale, pour un peu plus des trois quarts (76%) par la disponibilité des infrastructures sociales, culturelles  et de loisir et pour six sur dix (56%) par des conditions favorables d’accès aux activités culturelles spirituelles et de loisir. De bons rapports familiaux et la confiance sont évoqués également par plus du quart (27%) de la population.

Le  bien-être subjectif, global et par dimension
Dans quelle mesure les Marocains vivent-ils dans le bien-être ? Quel est le degré de satisfaction que leur procure la vie dans ses dimensions matérielles, sociales et sociétales ?

L’enquête nationale sur le bien-être révèle ainsi qu’un Marocain sur trois serait satisfait ou très satisfait de la vie et un peu moins du quart en serait moyennement satisfait. L’insatisfaction serait le lot d’une petite moitié (46%).

Globalement, la satisfaction de la population à l’égard de la vie est fortement influencée par l’âge (relation en U), augmente avec le niveau d’instruction et l’échelle socioprofessionnelle. La satisfaction globale est, en effet,  d’autant plus élevée que le revenu augmente.

La moitié des Marocains a déclaré qu’elle est peu ou pas satisfaite dans le domaine du logement et un peu plus du quart, qu’il en est satisfait ou très satisfait. Un autre quart s’est déclaré moyennement satisfait.

Concernant le revenu, le degré d’insatisfaction frôle les 64% pour l’ensemble de la population et atteint 74% parmi les ruraux. Ceux qui se sont déclarés satisfaits ou très satisfaits représentent à peine un Marocain sur dix (8,5%).

Dans le domaine de l’emploi, un peu plus de la moitié de la population dit ne pas être satisfaite de son emploi. Le reste se partage à parts égales entre satisfaits/très satisfaits et moyennement satisfaits.

Parmi les dimensions sociales du bien être c’est la santé qui semble susciter le moins de satisfaction. À peine 8% en sont satisfaits/très satisfaits, contre 72% d’insatisfaction.

Pour ce qui est de l’éducation, la part des personnes insatisfaites dépasse 55%, contre 15% de satisfaits/très satisfaits. 

Concernant la vie culturelle et de loisir, près de 7 marocains sur dix (68%) la jugent non satisfaisante, 13% seulement en sont satisfaits/très satisfaits.


Enfin la vie familiale et l’environnement sociétal ne semblent satisfaire pleinement que moins d’un Marocain sur cinq (18%),  plus de la moitié de la population (54%) s’en dit insatisfaite et un bon quart (28%) moyennement satisfait.

Pour connaitre les différentes approches utilisées dans le cadre de cette étude, cliquez ici

Khalid Soudi
Haut-Commissariat au Plan du Maroc


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire