Wikiprogress Africa

This blog is written and maintained by the Wikiprogress Africa Network. This network, hosted by the OECD, aims to provide a platform for knowledge sharing on measuring progress and well-being in an African context.

Ce blog est administré et mis à jour par le réseau Wikiprogress Africa. Ce réseau, hébergé par l'OCDE, est une plateforme axée sur le partage de connaissances dans le domaine de la mesure du progrès et du bien-être des sociétés africaines.

jeudi 12 septembre 2013

Charge de la Morbidité en Afrique, des données pour orienter les politiques de santé


Ce post, rédigé par Ousmane Aly DIALLO de Wikiprogress Africa. Il fait partie de la série de Wikiprogress sur la Santé

La publication de la Charge Mondiale de la Morbidité par l’Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME), l’Université de Washington et le Réseau sur le développement humain de la Banque Mondiale permet de faire l’état des lieux de la santé des populations en Afrique (subsaharienne ainsi que dans le Nord du continent). La Charge mondiale de la morbidité » (GBD) est un projet scientifique englobant de quantification de l'étendue relative de la perte de santé en raison de maladies, blessures et facteurs de risques par âge, sexe et géographie à des moments spécifiques dans le temps.  Combien de gens meurent de maladies dans le monde? De Blessures? Quels sont les facteurs à risques selon l’âge, le sexe et le temps? Ces questions et bien d’autres sont à la base des 7 rapports sur la charge de la morbidité mondiale de 2010, subséquemment diffusés dans le Lancet (13 décembre 2012).


État de la morbidité infantile en Afrique
D’importants progrès ont été constatés dans la santé des citoyens au Moyen-Orient et en Afrique du nord. Durant les 20 dernières années, entre 1990 et 2010, les morts prématurées ont ainsi fortement diminué ainsi que les infirmités causées par les maladies transmissibles, celles dûes à une nutrition inadéquate à l’exception de la septicémie néonatale.

Malgré ces avancées, les maladies infantiles constituent toujours un fardeau significatif dans certains États à revenu moyen inférieur de la région comme le Djibouti.  Ces avancées nse sont également manifesté dans les pays du sud du Sahara même si des défis restent à  être surmontés. La mortalité des maladies diarrhéiques et les infections des voies respiratoires comme la pneumonie ont baissé mais ces maladies constituent toujours l’une des principales causes de décès chez les moins de 5 ans (surtout dans les pays à faible revenu comme le Niger et la Sierra-Leone), alors que dans les  États développés, leur taux de morbidité est presque nul.

Même si des progrès ont été faits pour ce qui est de l’insuffisance pondérale chez les enfants et les pratiques sous-optimales d’allaitement maternel, et les carences en vitamines (morbidité est passée de 50% à 30% entre 1990 et 2010), ces facteurs restent parmi les trois facteurs principaux contribuant à la perte de santé dans toute la région, particulièrement dans les pays à faible revenu.


Nutrition et morbidité

Entre 1990 et 2010, la charge de la morbidité de nombres de maladies non-transmissibles s’est alourdie : c’est le cas des maladies cardiaques ischémiques, les désordres mentaux tels que la dépression et l’anxiété ainsi que de le diabète ou encore la cirrhose. On note une tendance de rapprochement avec la morbidité dans les maladies des États développés selon le rapport, qui souligne la trajectoire divergente de l’Afrique du Nord par rapport aux pays d'Afrique subsaharienne.

Le manque de sport et d’activité se reflète ainsi dans les problèmes de santé auxquels font face les citoyens de la MENA. La pression artérielle et l’obésité figuraient parmi les causes prématurées de mort dans cette région pour les adultes alors que l’anémie et l’allaitement sub-optimal était parmi les causes de la mortalité infantile au Djibouti. Le contraste entre ces deux maladies, entre ces deux catégories d’âge montre encore une fois l’importance d’une bonne alimentation dans le bien-être des individus, thème mis en valeur lors de la dernière journée mondiale de la santé. 

Ce paradoxe de la nutrition est de même fortement présent en Afrique subsaharienne comme le montre cette étude. Au sud du Sahara, les déficits alimentaires, particulièrement l'anémie ferriprive, représentaient en 2010 presque le double des pertes de santé qu’au niveau mondial. Cette tendance dépendait principalement des pays à faible revenu et n'était pas observée dans les pays à revenu intermédiaire supérieur de la région comme la République de Maurice et les Seychelles.


Comparaison des performances et orientation des politiques de santé

L’Afrique subsaharienne a connu des avancées importantes en termes de réduction de la mortalité et de prolongation de la longévité depuis 1970. Cependant au Mozambique, la mortalité chez les femmes âgées de 25 à 29 ans s’est sensiblement accrue.

Le pourcentage d'années de vie en bonne santé perdues en raison de l'incapacité était plus élevé en 2010 qu'en 1990.  L’incapacité était principalement due au VIH/SIDA et au paludisme.

Présenter l’état des lieux de la morbidité en Afrique de manière aussi détaillée a été l’une des principales contributions de ce rapport. Les données étaient extraites d’échantillons de systèmes d’inscription aux services de santé, aux recensements et aux enquêtes auprès de ménages. Le rapport urge les États africains à synchroniser leurs systèmes médicaux avec les besoins en santé de leurs populations.

La plupart des pays subsahariens ont fait des progrès remarquables dans la réduction de la mortalité infantile entre 1990 et 2010. Le succès de la lutte contre le paludisme a contribué à cette réduction des décès chez l'enfant. Enfin, alors que l'impact dévastateur du VIH/SIDA semble diminuer, il faut encore faire face à de nombreux défis dans la lutte contre cette maladie. Les mises à jour ultérieures de l'étude sur la charge de la morbidité en Afrique suivront de près les développements de la santé dans cette région et ailleurs.

La Charge mondiale de la morbidité permet aux pays de la région de comparer leurs résultats afin d’identifier les bonnes pratiques et d’améliorer certains aspects qui leurs sont spécifiques. Les analyses comparatives permettent de classer les taux de mortalité précoce par rapport à la moyenne régionale et de mettre en lumière les meilleurs et les moins performants en termes de facteurs de mortalité précoce.


Parmi les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure et de la tranche supérieure (non représentés ici), les petits Ėtats insulaires comme le Cap‐Vert, São Tomé‐et‐Príncipe et les Seychelles ont été globalement les plus performants.


Le Kenya, la Mauritanie et le Rwanda ont été les plus performants parmi les pays à faible revenu tandis que le Burkina Faso, le Mali et le Mozambique affichent des taux de mortalité précoce due au paludisme nettement plus élevés que ceux de leur sous-région

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire