Wikiprogress Africa

This blog is written and maintained by the Wikiprogress Africa Network. This network, hosted by the OECD, aims to provide a platform for knowledge sharing on measuring progress and well-being in an African context.

Ce blog est administré et mis à jour par le réseau Wikiprogress Africa. Ce réseau, hébergé par l'OCDE, est une plateforme axée sur le partage de connaissances dans le domaine de la mesure du progrès et du bien-être des sociétés africaines.

mardi 9 juillet 2013

Mesurer la pauvreté multidimensionnelle: cadres conceptuels, identification des facteurs et robustesse aux schémas de pondération

Ce billet est une synthèse de l'étude de Khalid Soudi et de Siham Jouilile sur la mesure de la pauvreté multidimensionnelle. L'étude est disponible dans son intégralité, ici

A travers cette étude, une démarche empirique a été développée pour mesurer la pauvreté multidimensionnelle. En se référant au cadre conceptuel des capacités développé par A. Sen, une liste de fonctionnements centraux et basiques a été choisie en combinant une approche quantitative d’inertie, fondée sur l’ACP non linéaire, et une approche qualitative de perception de privation qui intègre la voix des pauvres.

Dans le cadre de ce travail, pour garder un recul par rapport aux limites inhérentes aux conceptions méthodologiques, deux approches de mesure ont été mises en application avec le même schéma de pondération : 

  1.  l’approche d’Alkire & Foster (AF) ;
  2.  et  l’approche des ensembles flous.

L’objectif consiste à tester la robustesse des résultats obtenus, et à voir comment notre conception et les mesures de la pauvreté multidimensionnelle dépendent du cadre conceptuel de mesure des indices composites.

D’emblée, pour tester la robustesse des résultats obtenus aux poids attribués aux items définissant l’espace de privation, les indices de pauvreté multidimensionnelle ont été mesurés selon un éventail de schémas de pondération.

L’analyse conduite s’articule autour de trois axes. Le premier axe présente et compare les résultats obtenus selon l’approche d’AF en adoptant différents schémas de pondération. Le deuxième axe compare les résultats obtenus selon l’approche de logique floue et l’approche d’AF, et ce en expérimentant différents schémas de pondération .Quant au troisième axe, il présente les résultats de l’approche de logique floue en se référant à des fonctions d’appartenance calculant le degré de privation individuelle sans affaiblissement de l’information contenue dans les variables de base. Ainsi, les variables quantitatives et polytomiques ont été traitées sans transformation préalable en variables dichotomiques.

Les résultats obtenus montrent que tous les schémas de pondération structurés par dimension donnent lieu à des indices de pauvreté (taux de pauvreté, indice de pauvreté multidimensionnelle (MPI), vulnérabilité à la pauvreté et pauvreté sévère) significativement inférieurs à ceux mesurés par le schéma de pondération proposé par AF. Ensuite, il s’avère, pour le moment, que ce dernier surestime le taux de pauvreté en comparaison avec les autres schémas de pondération. La dominance stochastique des courbes de pauvreté a permis de confirmer la robustesse de ces résultats. 

La non hiérarchisation des attributs de privation par dimension montre, quelle que soit la pondération retenue, une surévaluation des indices de la pauvreté multidimensionnelle. Cette tendance se vérifie au niveau de tous les schémas de pondération et concerne tous les indices de la pauvreté multidimensionnelle. Au vu de ces résultats, il s’avère important de repenser la structuration de l’approche AF pour remédier aux biais inhérents à la hiérarchisation des indicateurs par dimension.


En se plaçant dans le cadre méthodologique proposé par l’approche AF (hiérarchisation des items de privation par dimension), les résultats de l’approche de logique floue montrent que, quel que soit le schéma de pondération adopté, les taux de pauvreté multidimensionnelle obtenus sont inférieurs à ceux émanant de l’approche d’AF. Les écarts constatés deviennent plus significatifs en adoptant le schéma de pondération proposé par AF.


Tableau 5 : indices de la pauvreté multidimensionnelle. Comparaison entre les approches de logique floue et d'Alkire-Foster. Cas de la pondération égale par dimension et par attribut Hiérarchisation des attributs par dimension

Composantes basiques et centraux du bien-être
Pondération
Approche logique floue
Approche Alkire et Foster

Indice unidimensionnel
(%)
Contribution
Relative (%)
Taux de pauvreté censuré (%)
Contribution
Relative (%)
Dimension 1 : Capital scolaire
Scolarisation des
enfants
0.083
13.7
12.1
5.8
11.2
Scolarisation des
adultes
0.083
15.9
14.1
5.7
10.9
Dimension 2 : Santé maternelle et nutrition des enfants
Nutrition des enfants
0.056
4.0
2.4
1.3
1.6
Consultation
médicale
0.056
10.5
6.2
1.8
2.3
Accouchement en
milieu surveillé
0.056
15.8
6.2
5.5
6.9
Dimension 3 : Cadre de vie
Électricité
0.042
14.8
6.6
6.1
5.9
Eau
0.042
7.3
3.2
2.5
2.4
Équipements
sanitaires
0.042
17.7
7.8
6.4
6.1
Équipements
ménagers
0.042
11.8
5.2
5.1
4.9
Dimension 4 : Participation au marché du travail
Pouvoir exercer un emploi
0.167
7.7
13.6
1.7
6.4
Dimension 5 : Consommation courante
Se pourvoir en
viandes rouges ou
blanches et au
poisson
0.167
5.2
9.2
4.6
17.5
Dimension 6 : Pouvoir économique
Inégalité de revenu
0.167
7.7
13.5
6.2
23.9

Taux de pauvreté
multidimensionnelle (%)

9.45

11.7

Intensité de pauvreté

37.3
Indice de pauvreté
multidimensionnelle (MPI)
(%)
4.36
Taux de vulnérabilité
15.0
Pauvreté sévère
3.2

Source : données de base de l’ENNVM 2007, HCP.



La non hiérarchisation des indicateurs par dimension approfondit ces écarts. Par ailleurs, cette divergence montre également la tendance prononcée de l’approche AF à surévaluer l’incidence de pauvreté en comparaison avec l’approche de logique floue.

D’emblée, en se référant à des fonctions d’appartenance calculant le degré de privation individuelle sans affaiblissement de l’information contenue dans les variables de base, les taux de pauvreté multidimensionnelle obtenus selon l’approche de logique floue, tout en montrant une sensibilité importante aux schémas de pondération, restent également et largement inférieurs à ceux obtenus selon l’approche AF.

En dernier lieu, il n’est pas moins important de préciser que l’apport de ce travail est de mettre en lumière certaines limites inhérentes aux approches de mesure de la pauvreté multidimensionnelle. C’est un préalable pour toute utilisation avertie de ces approches et des enseignements qui en découlent. Encore est-il nécessaire de considérer cette contribution comme une première étape pour bien fonder les développements analytiques se rapportant au profil de la pauvreté multidimensionnelle, l’analyse de ses facteurs et de sa reproduction sociale, et le ciblage des politiques publiques de lutte contre la pauvreté, la vulnérabilité à l’appauvrissement et les inégalités de privation.

Khalid Soudi et Siham Jouilile
Haut-Commissariat au Plan du Maroc

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire