Wikiprogress Africa

This blog is written and maintained by the Wikiprogress Africa Network. This network, hosted by the OECD, aims to provide a platform for knowledge sharing on measuring progress and well-being in an African context.

Ce blog est administré et mis à jour par le réseau Wikiprogress Africa. Ce réseau, hébergé par l'OCDE, est une plateforme axée sur le partage de connaissances dans le domaine de la mesure du progrès et du bien-être des sociétés africaines.

mercredi 13 mars 2013

Mener à bien le programme de développement pour l'après - 2015 nécessite l’utilisation de données fiables» a déclaré M. Lopez devant le Groupe de haut niveau


ECA Press Release: 
08/2013

Monrovia, Libéria
05 Février 2013

Monrovia, Libéria, 6 février 2013 (CEA) - Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies et Secrétaire exécutif de la  Commission économiques pour l'Afrique (CEA) a lancé un appel urgent aux membres du Groupe de personnalités de haut niveau chargé d’étudier le programme de développement pour l'après- 2015 leur demandant de veiller à ce que tout cadre de développement qui remplacera les Objectifs actuels du Millénaire pour le développement (OMD) accorde toute  l'attention voulue à la disponibilité et l'utilisation de données fiables.
M. Carlos Lopez, qui a pris la parole lors d’une réunion du Groupe tenue à Monrovia pendant le week-end passé a fait une analyse personnelle mais perspicace de la raison pour laquelle certaines des cibles des OMD ne pourraient pas être atteintes par un certain nombre de pays africains, en affirmant que l’absence de données actualisées mises à la disposition des mécanismes de mesure pourrait même avoir rendu difficiles à évaluer les réalisations obtenues par certains pays.
M. Lopez a déclaré que « Le succès du programme de développement pour l’après- 2015 dépendra de l’efficacité avec laquelle il sera remédié au problème des données » auquel de nombreux pays africains sont confrontés, en ajoutant que ces pays auraient pu atteindre  davantage de cibles des OMD si les résultats de développement souhaités étaient assortis de moyens de mise en œuvre concrets.
Ses observations arrivent à un moment où la fixation de l’échéance – 2015- des Objectifs actuels du Millénaire pour le développement a conduit à une intensification des activités concernant  la nature du programme de développement pour l’après-2015.
M. Lopez a recommandé qu’« un cadre successeur des OMD doit modifier l’orientation actuelle qui est axée sur la recherche de résultats de développement sans la mise à disposition de tous les moyens nécessaires à leur réalisation ». Il a expliqué que cela pourrait aider à éviter ce qui ressemblerait au fait de se fixer une destination sans préparer de feuille de route ».
Il a déclaré que bien qu’il importe que les pays aient la latitude de mettre au point leur propre feuille de route,  certains des moyens facilitant le développement, généralement reconnus, comme la paix et la sécurité, le renforcement des institutions et la mise en place des infrastructures « peuvent être déterminants pour lever les obstacles au développement  à l’échelle nationale et régionale »
Il a demandé aux membres du Groupe d'examiner plus avant les OMD en prévision de l’examen du nouveau cadre, parce que « les enseignements tirés de la mise en œuvre des OMD constituent une bonne base pour un programme de développement encore plus efficace pour l’avenir ».
M. Lopez, qui a saisi toutes les occasions pour souligner l'importance de données fiables pour la planification du développement, depuis qu'il assume ses fonctions de Secrétaire exécutif de la CEA, en septembre dernier, a reproché aux OMD « de ne pas avoir prévu les problèmes posés par les données et  liés au suivi de leur réalisation ».
« Un certain nombre d'indicateurs (des OMD) sont simplement non suivis en raison du manque de données et de la faiblesse de la capacité institutionnelle de recueillir celles-ci et de les analyser » a dit M. Lopez, en ajoutant que cela  avait obligé des pays à utiliser des cibles et des indicateurs ajustés à leur situation et problèmes particuliers.
Il a également appelé l'attention sur les sérieuses lacunes dont souffrent les  OMD, telles que le fait d’être présentés implicitement comme constituant un programme prescrit par les Nations Unies.  Cela a donné systématiquement lieu à une faible appropriation et à un manque de responsabilisation, peu ou pas d’attention accordée à la prestation de services et à la qualité, ainsi qu'à une dépendance excessive vis-à-vis du financement accordé par les donateurs pour la réalisation de la plupart des objectifs
M. Lopez s'est adressé aux membres du Groupe de haut niveau au cours du deuxième jour de la réunion et a rappelé certains des succès des OMD, tels que la mobilisation du soutien économique et politique, la conception du dialogue politique, l'information des cadres nationaux de développement, l'orientation des partenariats mondiaux et du financement du développement.
Quelques jours plus tôt, le 31 janvier 2013, M. Emmanuel Nnadozie, Directeur de la Division du développement économique et du NEPAD de la CEA, a exposé certains des résultats des consultations régionales africaines sur le programme de développement de l'après-2015, organisées sous l’égide de la CEA, en collaboration avec la Commission de l'Union africaine (CUA), la Banque africaine de développement (BAD) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).
Il a révélé que les consultations s'orientaient vers un cadre de développement qui met l'accent sur la transformation structurelle économique, une éducation de qualité et une approche élargie d’un développement humain rapide.
Selon M. Nnadozie, il ressort des consultations régionales que « l'Afrique joue actuellement un rôle actif dans le façonnement du programme de développement pour l'après-2015 et œuvre  à l'élaboration d'une position unifiée sur cette question ». Une consultation continentale finale est prévue à Tunis (Tunisie) en mars de l'année en cours pour valider le document final existant qui servira de base pour la position africaine commune, laquelle sera présentée à la sixième Conférence des ministres africains des finances, de la planification et du développement en Afrique, prévue à Abidjan (Côte d'Ivoire) en mars 2013.
Le document  en question sera examiné et adopté à la 21e session ordinaire de la Conférence des chefs d'État et de gouvernement de l'Union africaine en mai 2013.
L'Union africaine présentera la position commune pour éclairer les débats de la 68e Assemblée générale des Nations Unies en septembre 2013.
Le Groupe de personnalités de haut niveau s'est réuni à Monrovia du 30 janvier au 1er février 2013 pour proposer des recommandations indépendantes sur la configuration du cadre international de développement qui pourrait succéder aux OMD, après leur expiration en 2015.
Le Groupe est coprésidé par Mme Ellen Johnson-Sirleaf, Présidente du Libéria ; M. Susito Bambang Yudhoyono, Président de l'Indonésie ; et M. David Cameron, Premier Ministre du Royaume-Uni et comprend des dirigeants de la société civile, du secteur privé et des responsables de gouvernement.
Le Groupe s'est déjà réuni à New York et à Londres dans le cadre du mandat qui lui a été confié. Le thème général de la réunion de Monrovia était « Éléments nationaux de base pour une prospérité soutenue », l'accent étant mis en particulier sur la transformation économique.
Le Groupe tiendra sa prochaine réunion à Bali (Indonésie) en mars 2013 qui portera particulièrement sur les partenariats mondiaux et organisera d’autres réunions  en vue de présenter ses conclusions à New York en mai 2013.
En juillet 2012, le Secrétaire général Ban Ki-moon a demandé aux 27 membres du Groupe de haut niveau de donner leur avis sur le cadre mondial de développement pour l'après-2015, la date butoir pour les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).
Publié par :
Service de l’information et de la communication de la CEA
B.P. 3001
Addis-Abeba (Éthiopie)
Tél.: +251-11-5445098  Télécopie : +251-11-5510365
Courriel : ecainfo@uneca.org
Web : www.uneca.org

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire